#global {display:none;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 05:43

Après la Tête dans le Guidon, diffusé en Juillet 2005 sur France télévisions, et présenté il y a déjà un peu plus de quatre ans sur ce blog à l'occasion de la sortie du DVD (Voir l'article), l'équipe de Vivement Lundi a renoué avec les circuits en sable et les aventures des cyclistes miniatures pour une nouvelle étape nommée "Tour d'Enfance", documentaire retraçant l'histoire de nos chers petits coureurs !

 

Notez dans vos tablettes, les diffusions programmées :

 

Samedi 1er octobre à 16h30
sur France 3 (Bretagne, Normandie, Pays de la Loire) dans le magazine Littoral

Jeudi 13 octobre à 9h30 sur TV5 Monde


1109 Tour d'enfance 1

 

Quelques grammes de plomb, de zamak, ou aujourd’hui de plastique.

Des positions figées, la tête dans le guidon ou les bras levés du vainqueur d’étape.

Des heures passées à construire des circuits improbables sur des plages estivales et à pousser des billes le temps d’une course que seule la marée semble pouvoir interrompre ;

Bienvenue dans le monde des cyclistes miniatures !

Tour d’enfance raconte l’histoire de ce petit objet, reflet d’un imaginaire collectif et de nos rapports à l’enfance.

D’une partie familiale sur une plage bretonne à une épreuve du championnat international de jeu de billes où s’affrontent plusieurs générations de passionnés, en passant par les secrets de fabrication de la Fonderie Roger, Philippe Baron décrypte les raisons de la longévité de ce jouet d’un autre âge dans un monde où le jeu vidéo semblait l’avoir définitivement relégué dans les vitrines des collectionneurs…

 

1109 Tour d'enfance 2

 

 

Film de 26'

Réalisation Philippe Baron

sur une idée originale de Jean-François Le Corre et Philippe Baron

Une coproduction Vivement Lundi ! / .Mille et Une. Films / France Télévisions

avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’image animée

 

 

 

 

Tour d’enfance

 C’est un petit objet désuet, tout droit sorti d’une enfance qui avait le goût des sucettes Pierrot Gourmand et l’odeur de la colle Cléopâtre. Un héros en miniature synonyme de distraction balnéaire et de compétitions à échelle réduite. Un jeu d’enfants particulièrement populaire dans une région de bord de mer où les champions du Tour de France faisaient rêver les petits garçons autant que leurs pères. Le cycliste miniature fît son apparition dans les années 50, dans une France en reconstruction, tandis que la 4CV Renault se multipliait sur les routes du pays et rendait le littoral accessible au plus grand nombre. Les après-midi d’été, nos pères en culottes courtes, armés de leurs figurines vélocipédiques de la marque Roger, rejouaient  avec passion l’étape du Tour de France qu’ils avaient suivi la veille sur le poste à transistors. Les stars de la Petite Reine se nommaient Coppi, Robic, Kübler ou Bobet et se réincarnaient dans quelques grammes de métal peint, prêts à en découdre sur des routes tracées dans le sable encore humide des marées descendantes.

Avec les années 60-70, arrivèrent la télévision et le plastique omnipotent, capable de produire le kit indispensable d’une aventure de plage réussie, maillot de bain, seau, pelle, bouée et cyclistes miniatures. Ce fût notre tour d’inventer des paysages, de sculpter la plage en montagnes, tremplins et virages relevés pour pratiquer ce jeu de billes, en se rêvant dans la peau de Poulidor, Merckx et Van Impe.

 

1109 Tour d'enfance 3

Aujourd’hui, si les jeux d’enfants riment moins souvent avec vélo, les jeux vidéo n’ont pas eu totalement raison des billes et des cyclistes au 1/43ème. On en trouve encore dans de nombreuses boutiques de bord de mer, toujours fabriqué par la Fonderie Roger ou made in China, preuve que petits et grands continuent à pratiquer ce sport de plage et d’adresse.

Les pratiques ont évolué, dépassant le cadre familial. Depuis 1983, le divertissement est devenu une compétition nationale (et internationale) via le Mondial-Bille, un championnat qui compte une trentaine d’épreuves. Elles ont lieu de mai à octobre dans des stations du bord de mer, et pas seulement. À l’heure du nomadisme et de « Paris-plage », le littoral prend ses seaux et ses pelles et s’exporte dans le Vercors (Villars-de-Lans), dans l’Ardèche (Manosque) ou en banlieue parisienne (Brétigny-sur-Orge) : le Mondial-Bille déménage ses 8 tonnes de plage et fait étape dans des parcs ou sur des parkings de centres commerciaux. Là, le sable se transforme en circuits high-tech, grâce aux talents de « creative designers » professionnels. La compétition sponsorisée peut commencer entre des champions de 10 à 75 ans.

 

Certains consacrent leurs loisirs à la transmission de cette passion. « Roule-ta-bille », un breton addict de la bille depuis l’enfance et vice champion du monde, dédie ses week-ends de printemps et d’été à construire des circuits de toutes tailles. De son vrai nom Olivier Jastel, il est invité par des centres de loisir et des comités des fêtes partout en France. Des animations fort conviviales, comme les « 6 heures de billes de La Flèche » ou les fêtes de St-Jean-de-Luz. Pour ce quadra, dont le vrai métier est constructeur de route, « Il semblerait que, pour de nombreux individus de plus de 40 ans et de sexe masculin, le cycliste miniature agisse comme la fameuse « Madeleine de Proust » et provoque un irrépressible basculement vers l’enfance ».

 

Les graphistes raffolent de cet objet, il est régulièrement utilisé dans des affiches, des pochettes de disques, des publicités, des illustrations pour la presse. Les cyclistes miniatures sont aussi devenus « vedettes » de cinéma chez Jean-Pierre Jeunet (la fameuse scène de la boîte à souvenirs du Fabuleux destin d’Amélie Poulain) ou chez Bruno Collet dont la série d’animation La Tête dans le guidon a été diffusée dans une quinzaine de pays.

 

La belle équipe de M. Roger 

 

C’est dans les années 50 que les premiers cyclistes Roger apparaissent sur les plages françaises. Henri Roger a créé son entreprise à Paris dans les années 30, spécialisée dans les jouets de petites dimensions. Les figurines et autres miniatures qu’il produit sont d’abord en plomb, puis rapidement en zamak. Ce matériau dont le nom sonne comme celui d’un héros de bande dessinée est un alliage de zinc, d'aluminium et de magnésium. À la fois résistant, léger et aussi facile à travailler que du plastique, il est très répandu dans l’industrie du jouet et va participer au succès des petits cyclistes de la maison Roger. Fabriqués sur le site de Courtenay, ils sont peints par des travailleurs à domicile de la région, souvent des femmes. La production de ces miniatures va aller de pair avec la popularité croissante du cyclisme en France et en Europe.

 

1109 Tour d'enfance 4

Dans l’après-guerre, le peloton, ses champions et l’incroyable caravane avec ses camions publicitaires forment un spectacle gratuit et populaire qui attire en masse les Français sur le bord des routes. Les adolescents admirent les cyclistes qu’ils découvrent dans la revue Miroir Sprint. Le magazine de bandes dessinées Tintin n’hésite pas à faire sa couverture sur les champions du Tour de France. La société Roger profite pleinement de cet engouement. Entre 1960 et 1965, la production de cyclistes miniatures est de l’ordre de 150 000 à 200 000 pièces par an. Le zamak coule à flot. L’ouest de la France, terre de cyclisme et de vacances en bord de mer, est un marché si développé que la maison Roger comptera jusqu’à deux commerciaux sur cette région.

Les années 70 et l‘invasion du plastique sonnent le déclin de la production en zamak. Les années 90 et la baisse de prestige du cyclisme peuvent faire craindre leur extinction définit

ive. Et bien non ! Les cyclistes en zamak résistent, les collectionneurs se les arrachent. On en trouve toujours dans certaines boutiques de bord de mer. À Rennes, un magasin de jouets en vend plus de 800 chaque année. C’est le petit-fils du créateur qui dirige désormais l’entreprise Roger, installée désormais au sud de Paris. Entre 10 et 20 000 pièces par an y sont fabriquées avant d’aller se faire peindre en Tunisie ou en Chine pour ensuite honorer les commandes des derniers détaillants en France et des collectionneurs du monde entier. Il y a quelques années, la Fonderie Roger a réalisé un lot de petits cyclistes aux couleurs de l’équipe US Postal. Les clones miniatures de Lance Armstrong se sont envolés pour les Pays-Bas où ils devaient être vendus sur un site internet…

Partager cet article

Repost 0
Published by Sport Goodies - dans Cyclistes miniatures
commenter cet article

commentaires

#global {display:none;}